Convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport du 21 décembre 1950 - Textes Attachés - Accord du 23 février 2017 relatif au contenu et aux conditions d'exercice de l'activité des conducteurs affectés aux services librement organisés (SLO)

Etendu par arrêté du 19 avril 2019 JORF 18 mai 2019

IDCC

  • 16

Signataires

  • Fait à :
    Fait à Paris, le 23 février 2017. (Suivent les signatures.)
  • Organisations d'employeurs :
    UNOSTRA FNTV
  • Organisations syndicales des salariés :
    FGTE CFDT SNATT CFE-CGC FGT CFTC

Numéro du BO

  • 2017-16

Code NAF

  • 60-2B
  • 60-2G
 
Naviguer dans le sommaire
    • Article

      En vigueur étendu

      Considérant la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques portant création des services librement organisés ;

      Considérant le développement de ces services au sein des entreprises de transport routier interurbain de voyageurs ;

      Considérant certaines spécificités propres à l'exécution des services librement organisés au regard des services habituellement réalisés par les conducteurs.

      Les partenaires sociaux ont souhaité définir et encadrer l'activité ainsi qu'améliorer les conditions de travail des conducteurs affectés aux services librement organisés. Ils soulignent par ailleurs la nécessité de promouvoir l'objectif d'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes par la valorisation et l'encouragement des femmes à s'orienter notamment vers les services librement organisés.

  • Article 1er

    En vigueur étendu

    Champ d'application

    Sont concernées par le présent accord, les entreprises visées aux codes NAF suivants :
    – transports réguliers de voyageurs (4939A) ;
    – autres transports routiers de voyageurs (4939B).

  • Article 2

    En vigueur étendu

    Définition des services librement organisés (SLO)

    Conformément aux articles R. 3111-38 et R. 3111-39 du code des transports, les services routiers librement organisés assurent, sous la forme de services réguliers routiers interurbains qui ne sont pas des services publics, des liaisons routières intérieures soumises ou non soumises à régulation.

    Ces liaisons peuvent être des liaisons routières intérieures ayant pour origine et pour destination des arrêts de services réguliers de transport international de voyageurs.

    Les services routiers librement organisés sont exécutés au moyen de véhicules de catégorie M2 ou M3 au sens des 1.2 et 1.3 de l'article R. 311-1 du code de la route, qui répondent aux caractéristiques fixées pour l'application de l'article L. 1112-3 du code des transports ainsi qu'à celles fixées en application de l'article L. 224-6 du code de l'environnement et de l'article L. 317-9 du code de la route.

    Les services routiers librement organisés n'entrent pas dans le champ des activités de tourisme.

  • Article 3

    En vigueur étendu

    Emploi de conducteur affecté aux services librement organisés (SLO)

    3.1. Création d'un nouvel emploi

    Au sein de la nomenclature et des définitions des emplois des ouvriers des transports routiers de voyageurs de la CCNA1 – personnel roulant « voyageurs », il est créé un emploi 9 bis de conducteur « SLO » – coefficient 142V (groupe 9).

    3.2. Définition de l'emploi de conducteur « SLO »

    Les conducteurs, dont l'emploi est défini ci-après, remplissent naturellement les conditions pour exercer les emplois de conducteurs des coefficients inférieurs de la nomenclature des emplois dans le transport routier de voyageurs.

    L'emploi de conducteur affecté à titre principal à un service librement organisé (SLO) tel que défini à l'article 2 du présent accord se caractérise par les conditions suivantes :

    1. Affectation à titre principal à un service librement organisé (SLO)

    Sur une année civile, le conducteur doit exécuter au moins 50 % de son temps de travail effectif sur des services librement organisés.

    2. Compétences requises

    Le conducteur SLO remplit en outre les conditions suivantes :
    – a, en toutes circonstances, une présentation particulièrement soignée ;
    – fait preuve à l'égard de la clientèle d'une attention courtoise, participe au chargement et déchargement des bagages ;
    – maîtrise, après formation appropriée, toutes les formalités d'encaissement et de validation des titres de transport ;
    – connaît le véhicule et le fonctionnement de l'ensemble de ses équipements (climatisation, vidéo/ audio, géolocalisation, informatique embarquée, équipements de sécurité, équipements pour personne à mobilité réduite …) ;
    – possède des notions dans au moins une langue étrangère en lien avec l'activité commerciale de l'entreprise ;
    – participe à la promotion de l'offre commerciale de l'entreprise notamment par une présentation de la ligne et de ses services ;
    – respecte en toutes circonstances les recommandations de son entreprise en termes d'attitude commerciale ;
    – maintient tout au long de la prestation la propreté intérieure et extérieure du véhicule et dispose de l'équipement approprié pour cela ;
    – assure, s'il en a les moyens, le dépannage courant de son véhicule ou fournit toute précision sur la survenance de la panne pour recevoir les instructions nécessaires à la continuité du voyage, en lien avec sa hiérarchie ;
    – assure le transport de personnes dans des conditions de sécurité, de confort et d'information correspondant aux engagements contractuels de son entreprise et à la réglementation routière en vigueur.

  • Article 4

    En vigueur étendu

    Rémunération

    Le taux horaire conventionnel à l'embauche de rémunération du conducteur « SLO » est fixé à 10,35 € brut, soit un écart constant de 1 % par rapport au coefficient 140V.

    Lorsqu'un conducteur, non soumis au statut de conducteur « SLO » tel que défini à l'article 3.2 « Définition de l'emploi de conducteur SLO » du présent accord, exécute un service librement organisé, il bénéficie pour chaque journée ou fraction de journée considérée d'une indemnité complémentaire correspondant à l'éventuelle différence entre son taux horaire et le taux horaire conventionnel de rémunération du conducteur « SLO ».

  • Article 5

    En vigueur étendu

    Repos hebdomadaire


    Chaque conducteur « SLO » bénéficie d'un nombre de dimanches et jours fériés non travaillés, hors 1er Mai, par an fixé à 25. Ce seuil peut être réduit à 21, sous réserve d'une majoration de 25 % de la prime conventionnelle pour chaque dimanche et jour férié supplémentaire travaillé du fait de cette réduction. En deçà du seuil de 21, pour chaque dimanche et jour férié supplémentaire travaillé, la majoration de la prime conventionnelle est de 50 %.

  • Article 6

    En vigueur étendu

    Dispositions relatives aux « découcher » lors de services librement organisés « SLO »

    6.1. Prime de « découcher »

    Une prime de « découcher » est allouée par nuitée passée hors du domicile (résidence) habituel du conducteur. Le montant est fixé à 6 € brut.

    Cette prime se substitue à toute prime inférieure ou égale déjà existante dans l'entreprise ayant le même objet. Dans le cas d'une prime supérieure déjà existante dans l'entreprise, cette dernière continue de s'appliquer sans possibilité de cumul.

    Le versement de cette prime ne remet pas en cause les conditions d'application du protocole de frais de déplacement du 30 avril 1974.

    6.2. Hébergement et restauration

    Les conducteurs affectés à des « SLO » devront bénéficier d'un hébergement dans un établissement de type hôtelier ou similaire sur la base d'une chambre individuelle avec salle d'eau et sanitaires privatifs.

    Ils devront bénéficier, dans la mesure du possible, de repas chauds.

  • Article 7

    En vigueur étendu

    Caisse


    L'entreprise remet au conducteur le matériel ainsi que les fonds nécessaires à l'activité de vente de titres de transport.

  • Article 8

    En vigueur étendu

    Formation des conducteurs « SLO »

    8.1. Formations obligatoires

    Au-delà de la possession du permis D et des formations initiales minimales et continues obligatoires (FIMO et FCO), le conducteur « SLO » devra bénéficier, tous les 3 ans et sur une durée consécutive ou non de 3 jours, de formations complémentaires et spécifiques dans les domaines suivants :
    – formation commerciale liée à l'accueil du public et à la connaissance du réseau ;
    – formation à la sécurité (hypovigilance, utilisation des équipements de sécurité, procédures d'évacuation d'urgence…) ;
    – formation sur la maîtrise des outils embarqués et équipements pour personne à mobilité réduite.

    Ces formations pourront être réalisées en interne.

    D'une manière générale et compte tenu des compétences requises, le conducteur « SLO » se verra proposer par l'entreprise toute formation lui permettant d'acquérir les compétences initiales ou complémentaires prescrites par le poste.

    8.2. Évolution de carrière

    Afin de permettre aux conducteurs « SLO » de poursuivre leur carrière professionnelle, les partenaires sociaux invitent les entreprises à favoriser la formation de ces conducteurs y compris au moyen de l'entretien professionnel et du bilan de compétences tels que définis par les dispositions en vigueur.

    Par ailleurs, les entreprises pourront encourager leurs salariés à recourir au dispositif de la validation des acquis de l'expérience (VAE) – particulièrement adaptée pour cette catégorie de personnel – notamment pour ce qui concerne le titre professionnel de conducteur routier interurbain de voyageurs et/ou dans la perspective d'une évolution de carrière vers un emploi de catégorie supérieure.

    Les entreprises pourront également envisager les conditions du développement de la fonction tutorale.

  • Article 10

    En vigueur étendu

    Sécurité

    À l'occasion de chaque voyage sur un service librement organisé, le conducteur devra s'assurer de l'information des passagers quant aux divers éléments de sécurité du véhicule (obligation du port de la ceinture, signalisation des issues de secours, présence de la boîte à pharmacie…).

    Le conducteur devra être en mesure de vérifier et/ou de s'assurer de la présence et du fonctionnement des divers équipements de sécurité présents dans le véhicule.

  • Article 11

    En vigueur étendu

    Commission de suivi


    Il est institué, dans le cadre de la commission nationale d'interprétation et de conciliation, une commission nationale de suivi, composée des parties représentatives, signataires ou adhérentes au présent accord, ayant compétence pour connaître les difficultés relatives à l'interprétation du présent accord. Cette commission se réunira à la demande de la partie la plus diligente.

  • Article 12

    En vigueur étendu

    Durée et entrée en vigueur de l'accord

    Le présent accord est conclu pour une durée indéterminée.

    Il est applicable à compter de sa signature.

  • Article 13

    En vigueur étendu

    Dépôt et extension de l'accord


    Le présent accord fera l'objet d'un dépôt à la direction générale du travail du ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social et d'une demande d'extension dans les conditions fixées par les articles L. 2231-6, L. 2261-1, D. 2231-2 et L. 2261-15 du code du travail.

Retourner en haut de la page